NOUS CONTACTER
ACCUEIL

Protocole de réalisation des bioessais actifs in situ à partir de gammares encagés

La société BIOMAE, en collaboration avec l'équipe d'écotoxicologie d'IRSTEA de Lyon, a développé une méthode de biosurveillance active (transplantation d'organismes vivants) permettant de mesurer in situ la contamination chimique biodisponible des micropolluants (métaux et composés organiques) et la toxicité des milieux aquatiques. Les bioessais actifs in situ sont réalisés sur des organismes vivants prélevés dans un espace naturel confiné propriétaire contrôlé. Ces organismes vivants, appelés gammares, sont des crevettes d'eau douce, invertébré, polluosensibles et accumulateur de micropolluants chimiques (métaux et organiques). Ces organismes ne sont pas invasifs en Europe.

Post prélèvement, ces organismes sont conditionnés en laboratoire sur une certaine période (stabulation), puis exposés par une technique d'encagement directement dans le milieu récepteur (rivières, fleuves, canaux comme par exemple des stations de surveillance, "amont-aval" d'un rejet industriel, etc.). La durée d'exposition dépend du type de bioessai.

Post exposition in situ, les gammares sont récupérés, analysés et interprétés à partir de référentiels de chimie et de toxicité uniques mis au point par des chercheurs de l'IRSTEA et co-construits avec les équipes de BIOMAE.

 

La vérification a été réalisée sur les étapes de stabulation et de calibration des gammares.

 

La déclaration de vérification ETV précisant les performances vérifiées est téléchargeable ici.